Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 11:02

logoPage.pngAfin d’apporter des données nouvelles dans le cadre de l'élaboration des Plans de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) de Paris et des communes limitrophes, Bruitparif a quantifié la population exposée au-dessus des valeurs limites et étudié l’impact potentiel de certaines solutions qui pourraient être envisagées.

Au total, 41 000 personnes seraient exposées potentiellement à des niveaux qui excèdent la valeur limite de bruit relative à l’indicateur moyen journalier pondéré (Lden > 68 dB(A)). Parmi ces personnes, 37 300 subiraient des nuisances sonores de nuit au-delà de la valeur limite correspondante (Ln > 62 dB(A)).

Plus de 5 000 personnes seraient même exposées à des niveaux qui excèdent de plus de 10 dB(A) les valeurs limites, soit des niveaux de bruit perçus par l’oreille humaine comme étant au moins deux fois plus fort.
noise
Il est toutefois à noter que la méthode d’évaluation appliquée, préconisée par la directive européenne, consiste à affecter à toute la population d’un bâtiment le niveau de bruit maximal évalué à 4 mètres de hauteur en façade du bâtiment. Une méthode qui surestime probablement le résultat et ne tient pas compte non plus des caractéristiques d’isolation acoustique propre à chaque bâtiment.

Des solutions potentielles

Afin d’assurer la tranquillité des riverains, il conviendrait de s’attaquer en priorité au bruit nocturne. Pour cela, l’abaissement de la vitesse limite autorisée de 80 à 50 km/h la nuit permettrait vraisemblablement de réduire les vitesses effectives de circulation de l’ordre de 20 à 25 km/h, ce qui pourrait se traduire par une baisse d’environ 3 dB(A) des niveaux sonores nocturnes. Une telle mesure permettrait de diminuer de 26 % environ le nombre de personnes exposées à des niveaux sonores nocturnes qui excèdent la valeur limite.

Afin d’améliorer encore davantage la qualité de vie des riverains du Bd Périphérique, des actions complémentaires de réduction du bruit à la source pourraient être envisagées.

Ce pourrait être tout d’abord en optant pour des revêtements de chaussée présentant de meilleures caractéristiques phoniques que les revêtements actuels. Pour des vitesses de circulation situées autour de 50 km/h, le gain que l’on peut espérer obtenir devrait se situer autour de 2 à 3 dB(A). Des tests et des expérimentations grandeur nature seront néanmoins nécessaires afin de valider la faisabilité technique de la pose et de la tenue dans le temps de tels revêtements sur un axe aussi circulé que le Bd Périphérique ainsi que les gains acoustiques réels obtenus.

Si cette mesure venait se cumuler à l’action de baisse de la vitesse nocturne, le nombre de personnes en situation de dépassement de la valeur limite nocturne diminuerait d’environ 56 % (entre -53 et -59 %) par rapport à la situation actuelle. Pour ce qui est du nombre de personnes en situation de dépassement de la valeur limite relative à l’indicateur Lden, la baisse se situerait plutôt autour de 26 % (entre -22 et -30 %).

Un autre moyen de faire baisser de manière conséquente le bruit à la source est de diminuer le taux de poids lourds. Une division par deux du taux de poids lourds et de véhicules utilitaires circulant sur le Bd Périphérique pourrait permettre de faire baisser le bruit de l’ordre de 1,5 dB(A) en moyenne, voire 2 dB(A) pour les heures de fin de nuit où le taux de PL et de VUL est particulièrement important.

Pour les 11 100 personnes exposées actuellement à des niveaux sonores qui dépassent 70 dB(A), soit plus de 8 dB(A) au-dessus de la valeur limite nocturne, il serait nécessaire d’envisager des actions complémentaires localisées au droit de certains immeubles comme la construction d’écrans anti-bruit lorsque cela est techniquement réalisable. De telles mesures permettent en effet de faire baisser les niveaux sonores en façade des habitations de l’ordre de 7 dB(A), du moins pour les étages inférieurs.

Il conviendrait également de s’attaquer à limiter les pics de bruit générés la nuit par le passage de véhicules motorisés deux roues particulièrement bruyants ou par l’utilisation abusive de sirènes ou d’avertisseurs sonores. Ces pics de bruit, dont les émergences ponctuelles peuvent aller jusqu’à 25 dB(A) la nuit, pèsent peu dans le calcul des indicateurs de bruit (Ln ou Lden) qui représentent des moyennes énergétiques de bruit sur de larges périodes. Néanmoins, ils sont particulièrement problématiques pour la qualité du sommeil car ils peuvent occasionner des réveils (conscients ou inconscients) chez les riverains. Pour lutter contre ces comportements pour la plupart inciviques, il conviendrait de renforcer les actions tant de sensibilisation que de répression.

Enfin, de manière plus générale, les travaux d’isolation acoustique des façades des immeubles impactés par le bruit devraient être encouragés et notamment couplés aux travaux d’isolation thermique lorsque ceux-ci sont programmés, afin de permettre un confort accru à l’intérieur des logements.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez Nous En Cliquant Ici

  • : Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • : Pollutions, bruit : le périphérique n'est pas qu'une voie de circulation : des milliers de personnes vivent près de lui !
  • Contact

BIENVENUE

100 000 personnes habitent et vivent à proximité du périphérique parisien. 1,3 million de véhicules circulent chaque jour sur le périph'  émettant des polluants atmosphériques néfastes à la santé jusqu'à 400m aux alentours. La pollution est 3 fois supérieure à la moyenne à moins de 150m. Des solutions existent pour diminuer la pollution : file réservée pour le covoiturage, interdiction d'accès aux véhicules les plus polluants, végétalisation, limitation de vitesse...

LOGORLP

- vous informe sur la qualité de l'air, les effets de la pollution sur la santé, les moyens de la réduire... à partir de sources sérieuses.  

- mobilise les citoyens : via la pétition Respire le périph', visites de quartier, rencontres thématiques ...

- interpelle élus et responsables : courriers, lettres ouvertes... 

- est une association Loi 1901, de franciliens, vivant ou non à proximité du périphérique et concernées par cette situation. Nos statuts sont consultables .
IMG_0796-copie-1.JPG

 

 

Vous voulez nous rejoindre :

Téléchargez le bulletin d'adhésion ici.
Vous voulez  faire des propositions : 

Contactez nous !


William, Christelle, Alain, Thomas, Elodie 

mais aussi Elvina, Romuald, Gérard, Alain, Adrien ...  

Recherche

Savoir et Agir

Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux de la santé - Constitution française

La qualité de l'air en Ile-de-France en un clic !

Signez la pétition  en cliquant ici

Pourquoi ce blog ?

- parce que le périphérique est une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé
- parce que nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 11 écoles maternelles,  23 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hopitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés entre les boulevards des maréchaux et le périph'
- parce que rien n'est définitif et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons !