Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 17:43

article original ici, dans le Figaro par  Marielle Court , le 03/03/2011 

 

Le taux de particules fines dans l'air des grandes villes du continent dépasse les normes OMS.

 

Les preuves s'accumulent. Les pollutions qui saturent parfois l'atmosphère sont terriblement nocives pour la santé. Une grande étude européenne (Aphekom) menée durant trois ans dans douze pays européens et pilotée par l'Invs (Institut de veille sanitaire) en apporte une nouvelle fois la preuve. «L'évaluation de l'impact sanitaire dans 25 grandes villes européennes montre que l'espérance de vie pourrait augmenter jusqu'à 22 mois pour les personnes âgées de trente ans et plus si les normes OMS en matière de particules fines étaient respectées», souligne Christophe Declercq, épidémiologiste à l'Invs. Les particules fines dites PM 2,5 sont des poussières d'une taille inférieure ou égale à 2,5 micromètres, soit la taille d'une bactérie et la valeur seuil de l'OMS est de 10 microgrammes par mètre cube.

Cette valeur n'est respectée par aucune des villes étudiées, à l'exception de Stockholm (Suède). «Cela permettrait d'éviter environ 19.000 décès par an en Europe», souligne encore le spécialiste. La France «est dans une situation médiane». Les villes françaises pourraient gagner «quatre à huit mois», soit environ 3000 décès annuels.

 

Ces très fines poussières proviennent du chauffage urbain, des gaz d'échappement ou des émissions industrielles. Elles se logent au plus profond de l'appareil respiratoire, provoquant asthme, bronchite chronique ou maladie coronarienne (angine de poitrine, infarctus, etc.).

Diminuer le niveau des particules représenterait donc un bénéfice sanitaire très important sans compter que, selon les méthodes de calcul utilisées, l'impact varie considérablement. «C'est particulièrement vrai pour l'asthme des enfants», explique Nino Künzli membre de l'Institut de santé public suisse. On considère ainsi que la pollution atmosphérique ponctuelle est responsable de 2% à 3% des hospitalisations pour des crises d'asthme chez des enfants déjà atteints par cette maladie. L'étude menée dans dix villes estime que le trafic urbain est responsable de 15% des asthmes de l'enfant.

 

Maladies respiratoires

04050811_pollutx1pe2.jpg

«Si l'on admet que la pollution atmosphérique est non seulement impliquée dans les crises mais également dans le développement de la maladie alors le taux passe à 17% d'hospitalisation», ajoute le scientifique. Un même mécanisme est suspecté dans le développement des maladies respiratoires des adultes mais «doit encore être validé par des études complémentaires», poursuit-il.

L'enquête montre en outre que le risque d'être touché par une maladie respiratoire chronique est augmenté si l'on habite près de grands axes de circulation.

Les conséquences sanitaires de la pollution atmosphérique ont un coût très élevé, rappelle enfin Alistair Hunt, chercheur à l'université de Bath (Grande-Bretagne). «Le seul respect des normes de l'OMS de 10 microgrammes par m³ permettrait une économie de 31,5 milliards d'euros à l'échelle européenne», précise le chercheur. Elle entraînerait une diminution des dépenses de santé, une réduction de l'absentéisme et des coûts associés à la perte de bien-être.

 

Une chose est sûre, lorsque les pays réglementent, cela fonctionne. Ainsi la législation européenne visant à réduire le niveau de soufre dans les carburants a-t-elle permis une diminution «pérenne des niveaux de dioxyde de soufre dans l'air ambiant. Cette mesure a permis de prévenir près de 2200 décès prématurés dont le coût est estimé à 192 millions d'euros dans vingt des villes étudiées».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez Nous En Cliquant Ici

  • : Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • : Pollutions, bruit : le périphérique n'est pas qu'une voie de circulation : des milliers de personnes vivent près de lui !
  • Contact

BIENVENUE

100 000 personnes habitent et vivent à proximité du périphérique parisien. 1,3 million de véhicules circulent chaque jour sur le périph'  émettant des polluants atmosphériques néfastes à la santé jusqu'à 400m aux alentours. La pollution est 3 fois supérieure à la moyenne à moins de 150m. Des solutions existent pour diminuer la pollution : file réservée pour le covoiturage, interdiction d'accès aux véhicules les plus polluants, végétalisation, limitation de vitesse...

LOGORLP

- vous informe sur la qualité de l'air, les effets de la pollution sur la santé, les moyens de la réduire... à partir de sources sérieuses.  

- mobilise les citoyens : via la pétition Respire le périph', visites de quartier, rencontres thématiques ...

- interpelle élus et responsables : courriers, lettres ouvertes... 

- est une association Loi 1901, de franciliens, vivant ou non à proximité du périphérique et concernées par cette situation. Nos statuts sont consultables .
IMG_0796-copie-1.JPG

 

 

Vous voulez nous rejoindre :

Téléchargez le bulletin d'adhésion ici.
Vous voulez  faire des propositions : 

Contactez nous !


William, Christelle, Alain, Thomas, Elodie 

mais aussi Elvina, Romuald, Gérard, Alain, Adrien ...  

Recherche

Savoir et Agir

Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux de la santé - Constitution française

La qualité de l'air en Ile-de-France en un clic !

Signez la pétition  en cliquant ici

Pourquoi ce blog ?

- parce que le périphérique est une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé
- parce que nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 11 écoles maternelles,  23 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hopitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés entre les boulevards des maréchaux et le périph'
- parce que rien n'est définitif et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons !