Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:17

La FNAUT approuve la possibilité, adoptée par le Parlement, d’expérimenter le péage urbain.

  Mercredi, 30 Juin 2010  Communiqué de presse

La fédération nationale des associations d'usagers des transports - FNAUT - rassemble des associations très diverses (piétons, cyclistes, handicapés, familles de victimes d'accidents de la route, usagers des transports collectifs urbains, ferroviaires et routiers, citadins et riverains des corridors de transit confrontés aux nuisances de la circulation routière, citoyens soucieux d'environnement global et d'aménagement du territoire) qui partagent une même vision de la politique des transports.


peageurbain.jpgLa FNAUT a souhaité de longue date que les autorités organisatrices de transports urbains soient autorisées à expérimenter le péage urbain dans les agglomérations de plus de 300 000 habitants. Elle apprécie donc que cette autorisation leur soit enfin accordée par le Parlement dans le cadre de la loi portant engagement national pour l’environnement (loi “Grenelle 2“).

 

Comme cela a été constaté dans de nombreuses villes européennes, l’instauration du péage urbain permet :

  • - de réduire fortement le trafic automobile et ses nuisances (pollution de l’air, bruit, accidents, émissions de gaz à effet de serre) ;
  • - de dégager de l’espace au bénéfice des transports collectifs, taxis et cyclistes, de faciliter les déplacements professionnels effectués en voiture et les livraisons ;
  • - de fournir un complément au financement de plus en plus problématique des transports collectifs.

La FNAUT rappelle que, contrairement à ce qui est souvent affirmé :

  • - le péage urbain n’est pas réservé aux grandes métropoles mais conserve toute sa pertinence économique et écologique dans les agglomérations de taille moyenne ;
  • - le péage urbain n’est pas une formule toute faite, on peut adapter ses modalités (zone ou voiries rapides soumises à péage, montant et modulation horaire du péage, réductions et exemptions, montant des amendes) à la situation locale et les modifier si nécessaire ;
  • - de nombreux habitants des grandes agglomérations françaises peuvent aujourd’hui se passer de voiture pour accéder aux centres-villes grâce au développement des transports collectifs urbains et départementaux et aux diverses possibilités de rabattement sur les transports ferroviaires régionaux ;
  • - les effets pervers annoncés du péage urbain (reports de trafic, délocalisations d’activités) n’ont été observés que marginalement ;
  • - le péage urbain est socialement équitable dès lors que la contribution des automobilistes aisés est réinvestie intégralement dans l’amélioration des conditions de déplacement et du cadre de vie, au bénéfice des habitants les plus modestes, qui ne sont pas motorisés ;
  • - enfin, en rendant l’habitat central plus attractif, le péage urbain contribue à la lutte contre l'étalement urbain diffus, générateur de trafic automobile, de nuisances et de gaspillages de temps, d'espace et d'énergie.

La FNAUT observe que bien des arguments opposés aujourd’hui au péage urbain l’étaient dans les années 1970 au stationnement payant …

L’expérience a montré que, malgré les efforts des collectivités locales pour maîtriser l’usage de la voiture, celui-ci continue à croître car l’étalement urbain diffus se poursuit. La FNAUT attend donc que les élus des agglomérations de plus de 300 000 habitants complètent la panoplie des outils utilisés dans le cadre des plans de déplacements urbains en exploitant le péage urbain, qui a fait ses preuves chez nos voisins européens et ne peut plus être ignoré en France.

 

Jean Sivardière (président de la FNAUT)

Article consultable ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez Nous En Cliquant Ici

  • : Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • : Pollutions, bruit : le périphérique n'est pas qu'une voie de circulation : des milliers de personnes vivent près de lui !
  • Contact

BIENVENUE

100 000 personnes habitent et vivent à proximité du périphérique parisien. 1,3 million de véhicules circulent chaque jour sur le périph'  émettant des polluants atmosphériques néfastes à la santé jusqu'à 400m aux alentours. La pollution est 3 fois supérieure à la moyenne à moins de 150m. Des solutions existent pour diminuer la pollution : file réservée pour le covoiturage, interdiction d'accès aux véhicules les plus polluants, végétalisation, limitation de vitesse...

LOGORLP

- vous informe sur la qualité de l'air, les effets de la pollution sur la santé, les moyens de la réduire... à partir de sources sérieuses.  

- mobilise les citoyens : via la pétition Respire le périph', visites de quartier, rencontres thématiques ...

- interpelle élus et responsables : courriers, lettres ouvertes... 

- est une association Loi 1901, de franciliens, vivant ou non à proximité du périphérique et concernées par cette situation. Nos statuts sont consultables .
IMG_0796-copie-1.JPG

 

 

Vous voulez nous rejoindre :

Téléchargez le bulletin d'adhésion ici.
Vous voulez  faire des propositions : 

Contactez nous !


William, Christelle, Alain, Thomas, Elodie 

mais aussi Elvina, Romuald, Gérard, Alain, Adrien ...  

Recherche

Savoir et Agir

Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux de la santé - Constitution française

La qualité de l'air en Ile-de-France en un clic !

Signez la pétition  en cliquant ici

Pourquoi ce blog ?

- parce que le périphérique est une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé
- parce que nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 11 écoles maternelles,  23 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hopitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés entre les boulevards des maréchaux et le périph'
- parce que rien n'est définitif et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons !