Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 17:27
29/07/2010, article original ici.

La France ne parvient «pas vraiment» à améliorer la qualité de l'air en ce qui concerne l'ozone, le dioxyde d'azote et les particules, a reconnu mercredi la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno, en présentant un plan pour réduire ces dernières de 30% d'ici à 2015.

Le bilan qualité de l'air 2009 «malheureusement, confirme un peu ce que l'on sait», a déclaré Chantal Jouanno lors d'une conférence de presse.

Il y a «un point positif qui est l'amélioration sur les polluants lourds» comme le plomb, a-t-elle indiqué. Le rapport indique également que «la baisse se poursuit pour le monoxyde de carbone, le benzène et le dioxyde de souffre (S02)».

 

poll1

Azote, Ozone: «La situation se dégrade»

 

En revanche, «le point plus négatif, c'est qu'on n'arrive pas vraiment à améliorer la situation, voire elle se dégrade, pour tout ce qui est des particules, dioxydes d'azote et l'ozone», a-t-elle ajouté.

De fait, le bilan indique «une légère augmentation entre 2008 et 2009 que nous n'avions pas connue depuis 2005» de la concentration de dioxyde d'azote (NO2), gaz irritant pour les voies respiratoires, notamment à proximité des grands axes routiers.

La pollution à l'ozone, qui résulte de l'action du soleil sur certains polluants automobiles et industriels, reste préoccupante. Les concentrations relevées durant l'été 2009 «confirment l'évolution constatée à la hausse», notamment dans le sud-est, indique le rapport.

 

Enfin, la concentration des particules PM10 (inférieures à 10 micromètres) a aussi augmenté, en zone rurale comme en ville. Ceci s'explique par un recours accru au charbon, fioul et bois pour le chauffage, en raison d'un hiver 2009 particulièrement froid.

 

La combustion du bois en ligne de mire

«C'est une question de santé publique», a lancé Mme Jouanno, en présentant un «plan particules» visant à réduire de 30% d'ici 2015 la teneur dans l'air de ces micro-poussières, pour certaines cancérigènes, qui peuvent pénétrer profondément les poumons.

«Selon l'OMS, il y aurait 42.000 morts prématurées en France chaque année du fait de problèmes de qualité de l'air», un «jeune sur 10 souffre d'asthme» et de «30 à 40% des Français souffrent d'allergies», a-t-elle souligné.

Le plan entend s'attaquer aux secteurs les plus émetteurs, dont le premier est la combustion du bois (40% des émissions).

 

Le gouvernement veut, par exemple, «renouveler au plus vite» le parc d'appareils de chauffage au bois grâce à des crédits d'impot, afficher les performances environnementales des chaudières, ou faire respecter l'interdiction du brûlage à l'air libre.

A l'occasion de l'entretien annuel des chaudières, les «professionnels feront désormais une information sur les niveaux d'émission» de particules pour sensibiliser les particuliers.

Le secteur des transport: deuxième émetteur

L'autre grand secteur est celui des transports. S'il n'est responsable au niveau national que de 14% des émissions, ce taux peut bondir jusqu'à 70% dans les grandes agglomérations.

L'une des idées est d'expérimenter des «zones d'actions prioritaires pour l'air» (ZAPA) «autour et dans certaines agglomérations volontaires».

Déjà en place dans une dizaine de pays européens, ces zones également appelées low emission zones (LEZ), où par exemple l'accès des poids lourds est limité, ont «permis de réduire le taux de particules de 30%», a précisé Chantal Jouanno.

Pour l'heure, il ne s'agit en France que d'aider les collectivités intéressées à étudier leur «faisabilité». Quant aux voitures, «la mise en place progressive de la norme Euro 5» pour les filtres à particules «doit normalement permettre de régler la question des véhicules neufs», selon Chantal Jouanno.

«Le problème est qu'il faut 15 ans pour renouveler le parc», a-t-elle reconnu.

(Source AFP)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez Nous En Cliquant Ici

  • : Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • : Pollutions, bruit : le périphérique n'est pas qu'une voie de circulation : des milliers de personnes vivent près de lui !
  • Contact

BIENVENUE

100 000 personnes habitent et vivent à proximité du périphérique parisien. 1,3 million de véhicules circulent chaque jour sur le périph'  émettant des polluants atmosphériques néfastes à la santé jusqu'à 400m aux alentours. La pollution est 3 fois supérieure à la moyenne à moins de 150m. Des solutions existent pour diminuer la pollution : file réservée pour le covoiturage, interdiction d'accès aux véhicules les plus polluants, végétalisation, limitation de vitesse...

LOGORLP

- vous informe sur la qualité de l'air, les effets de la pollution sur la santé, les moyens de la réduire... à partir de sources sérieuses.  

- mobilise les citoyens : via la pétition Respire le périph', visites de quartier, rencontres thématiques ...

- interpelle élus et responsables : courriers, lettres ouvertes... 

- est une association Loi 1901, de franciliens, vivant ou non à proximité du périphérique et concernées par cette situation. Nos statuts sont consultables .
IMG_0796-copie-1.JPG

 

 

Vous voulez nous rejoindre :

Téléchargez le bulletin d'adhésion ici.
Vous voulez  faire des propositions : 

Contactez nous !


William, Christelle, Alain, Thomas, Elodie 

mais aussi Elvina, Romuald, Gérard, Alain, Adrien ...  

Recherche

Savoir et Agir

Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux de la santé - Constitution française

La qualité de l'air en Ile-de-France en un clic !

Signez la pétition  en cliquant ici

Pourquoi ce blog ?

- parce que le périphérique est une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé
- parce que nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 11 écoles maternelles,  23 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hopitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés entre les boulevards des maréchaux et le périph'
- parce que rien n'est définitif et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons !