Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:49

Libération, Tribune du 12 mai 2013 à 19:06

De nombreuses associations environnementales, d'urbanistes, de cyclistes ont lancé une Initiative citoyenne européenne pour la généralisation d'une vitesse à 30 km/h sur la voirie urbaine. Eclairage par les représentants des principales organisations françaises qui soutiennent le projet.

 

La rue n’est pas seulement un espace de circulation, c’est aussi un espace de vie. L’automobile a un rôle à jouer en ville mais il faut remettre cette «centenaire» à sa juste place : la rue n’est pas la route. Pour cette raison, de nombreuses associations françaises soutiennent l’Initiative citoyenne européenne pour la généralisation du 30 km/h comme vitesse de référence en ville (www.ville30.org). Les objectifs sont multiples : assurer une meilleure sécurité des usagers de la rue (dans un choc à 30 km/h, la probabilité pour un piéton d’être tué est de 15% ; à 50 km/h, elle passe à 60%) ; réduire le bruit et la pollution de l’air dus au trafic urbain ; inciter les citadins à privilégier la marche et le vélo pour les déplacements de proximité ; plus généralement, pacifier la ville et la rendre plus conviviale. Cette initiative suscite cependant diverses incompréhensions et objections.

Aujourd’hui, la vitesse est limitée à 50 km/h en ville, sauf dans les zones 30 et les zones de rencontre (20 km/h). Il ne s’agit pas d’abaisser uniformément la vitesse à 30 km/h dans toute la ville, mais d’inverser la règle et l’exception : la vitesse de 30 km/h est la mieux adaptée sur 80 % de la voirie urbaine (zones résidentielles, rues commerçantes, voisinage des écoles). Elle facilite aussi un usage tranquille du vélo sans aménagements spécifiques. Le 50 km/h restera autorisé sur les axes de liaison entre quartiers, les rues empruntées par les bus des lignes structurantes et les boulevards dédiés au trafic de transit. Le maintien d’une vitesse à 50 km/h en zone urbaine ne permet pas le plein exercice du principe de prudence : à 50 km/h un choc frontal est le plus souvent mortel.

En ville, un automobiliste ne roule pas à vitesse constante mais effectue une succession d’accélérations et de freinages. L’évitement de pointes de vitesse et la réduction des arrêts, grâce à la suppression de certains feux ou stops devenus inutiles, permet une conduite moins saccadée et moins génératrice de pollution. Par ailleurs une limite de vitesse à 30 km/h permet une réduction du bruit d’environ 3 dB(A) [dB(A) est utilisé pour mesurer les bruits environnementaux, 0 dB(A) étant le seuil d'audibilité pour l'oreille humaine, ndlr] par rapport à une limite à 50 km/h, ce qui est équivalent à une réduction de moitié du volume du trafic. Et, c’est le développement des déplacements à pied et à vélo, rendu possible par l’apaisement des vitesses, qui entraînera la plus forte réduction des nuisances.

Contrairement à une autre idée reçue, une limitation à 30 ne crée pas de bouchons et ne fait perdre qu’un temps négligeable aux automobilistes. Un test sur un itinéraire toulousain de 7,6 km a montré que le temps de parcours moyen passe de vingt-quatre minutes avec une limite à 50 km/h à vingt-sept minutes avec une limite à 30 km/h. Or, la moitié des déplacements urbains se fait sur moins de 3 kilomètres. Une seule vie épargnée vaut bien un effort collectif de réduction de la vitesse !

L’extension de zones 30 à la quasi-totalité d’une ville est efficace sur le plan de la sécurité et de la qualité de vie. Graz, deuxième ville autrichienne (250 000 habitants), a été la première ville en Europe à mettre en place, en 1992, une zone 30 sur l’ensemble de son centre-ville et 80% de la population approuve ce choix. Près de 15% des Britanniques vivent - 20% demain - dans des villes à 20 mph (32 km/h).

En France, cette mesure est déjà en vigueur dans plus d’une quinzaine de villes : Sceaux, Fontainebleau, Clamart, Lorient et les projets sont nombreux (Angers, Rennes, Toulouse, Dijon, Paris…). Il n’y a pas si longtemps, on disait : «Le tramway, c’est bon pour les Suisses ; le vélo, pour les Néerlandais.» Mais le tramway a été adopté dans une vingtaine de villes françaises et connaît un grand succès, et la pratique du vélo ne se développe pas qu’à Strasbourg. Les innovations volontaristes font toujours peur : zones piétonne et de rencontre, tramway, aménagements cyclables, 30 km/h. Mais une fois en place, elles sont plébiscitées !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Avia walking shoes 07/08/2014 14:21

What a mess! Now how exactly are you planning to complete the rest of the task? Everything looked pretty okay in the beginning. Anyway, it was quite interesting to read about the redhorns. Never heard of something like this before.

Contactez Nous En Cliquant Ici

  • : Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • Le blog des franciliens qui respirent le périph'
  • : Pollutions, bruit : le périphérique n'est pas qu'une voie de circulation : des milliers de personnes vivent près de lui !
  • Contact

BIENVENUE

100 000 personnes habitent et vivent à proximité du périphérique parisien. 1,3 million de véhicules circulent chaque jour sur le périph'  émettant des polluants atmosphériques néfastes à la santé jusqu'à 400m aux alentours. La pollution est 3 fois supérieure à la moyenne à moins de 150m. Des solutions existent pour diminuer la pollution : file réservée pour le covoiturage, interdiction d'accès aux véhicules les plus polluants, végétalisation, limitation de vitesse...

LOGORLP

- vous informe sur la qualité de l'air, les effets de la pollution sur la santé, les moyens de la réduire... à partir de sources sérieuses.  

- mobilise les citoyens : via la pétition Respire le périph', visites de quartier, rencontres thématiques ...

- interpelle élus et responsables : courriers, lettres ouvertes... 

- est une association Loi 1901, de franciliens, vivant ou non à proximité du périphérique et concernées par cette situation. Nos statuts sont consultables .
IMG_0796-copie-1.JPG

 

 

Vous voulez nous rejoindre :

Téléchargez le bulletin d'adhésion ici.
Vous voulez  faire des propositions : 

Contactez nous !


William, Christelle, Alain, Thomas, Elodie 

mais aussi Elvina, Romuald, Gérard, Alain, Adrien ...  

Recherche

Savoir et Agir

Chacun a le droit de vivre dans un environnement respectueux de la santé - Constitution française

La qualité de l'air en Ile-de-France en un clic !

Signez la pétition  en cliquant ici

Pourquoi ce blog ?

- parce que le périphérique est une source importante de polluants atmosphériques néfastes à notre santé
- parce que nous sommes nombreux à vivre et à grandir près du périph : pas moins de 20 crèches, 11 écoles maternelles,  23 écoles élémentaires, 11 collèges, 13 lycées, 2 hopitaux, 27 stades et de nombreux logements, notamment HLM, sont situés entre les boulevards des maréchaux et le périph'
- parce que rien n'est définitif et que les choses peuvent changer si nous nous mobilisons !